Manifestations des « Gilets Jaunes » : Quel impact sur la fréquentation des commerces français ?

Article
par ShopperTrak on 11-06-19

En France, les manifestants connus sous le nom de « gilets jaunes » sont descendus dans les rues à la mi-novembre 2018 pour protester contre la hausse des taxes prévues sur le diesel et l’essence. Depuis ce mouvement, le monde observe la situation dégénérer et la liste des griefs s’allonger, allant de l’injustice sociale, des réformes de l’éducation, de la marginalisation des zones rurales, en passant par la hausse du coût de la vie.

Les données de fréquentation de ShopperTrak dévoilent l’impact de cette contestation sur la fréquentation des commerces depuis le début des manifestations. Nous pouvons confirmer que dans les principaux arrondissements de Paris et des villes de taille moyenne comme Avignon ou Rouen, les commerçants ont largement souffert. Nos données de fréquentation issues des boutiques montrent que Paris a vu sa fréquentation diminuer de manière significative aux mois de novembre et de décembre, ce qui va bien au-delà de la légère tendance à la baisse constatée ces deux dernières années (cf. graphique 1).

Graphique 1
Market Intelligence, indice de fréquentation par rapport à l’an passé :

Lorsque nous examinons l’indice de fréquentation des centres commerciaux français, nous constatons que d’une année sur l’autre, la fréquentation a reculé de seulement -0,2 % en novembre 2018 et de -1,7 % en décembre 2018. Toutefois, sur une base journalière, il y a eu une chute de -33 % de la fréquentation annuelle le 17 novembre 2018, ce qui correspond à la première journée de perturbation due aux manifestations (cf. graphique 2).

La fréquentation a reculé de -7 % en moyenne sur les trois jours suivant le début des manifestations, mais on note une amélioration les jours suivants avec la reprise normale des activités de shopping.

Graphique 2

L’instabilité sociale a fortement impacté la saison commerciale de Noël

Début décembre 2018, dans la ville de Bordeaux, un rassemblement de 5 000 personnes a dégénéré en violences, impactant cette période commerciale cruciale. Des incidents se sont également produits dans les villes de Toulouse, Avignon, Lille et Marseille dans les semaines précédant Noël.

De nombreux troubles ont touché les quartiers commerçants prestigieux de Paris, comme les Champs Élysées, la rue Saint-Honoré et l’avenue Montaigne, qui accueillent de nombreuses marques de luxe telles que Chanel, Louis Vuitton et Balenciaga.

Certains des principaux grands magasins de Paris, comme le Printemps ou les Galeries Lafayette, ont été contraints de fermer leurs portes à cause des violences survenues durant la troisième semaine des manifestations parisiennes, ce qui a impacté négativement la grande période commerciale de Noël.

Les médias ont largement couvert les dommages subis par de nombreuses enseignes telles que Burberry et ses devantures endommagées en décembre 2018. De nombreuses boutiques étaient fermées les samedis de décembre, des jours clés pour les achats de Noël. Selon le ministre français de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, qui s’est adressé à la presse début décembre, certaines marques ont vu leurs ventes s’effondrer de 20 % à 40 % depuis le début des protestations.

Baisse de la fréquentation des commerces français au 1er trimestre

Pour le pays dans son ensemble, la fréquentation a très légèrement reculé en janvier, février et mars. Le 1er trimestre 2019 a affiché une baisse de -2,5 %, selon les données de ShopperTrak.

« Il n’y a aucune preuve que les commerçants aient pu compenser leur perte d’activité les jours suivants les manifestations, » déclare Souad Moumou, représentant du développement numérique pour ShopperTrak France. « La plupart des boutiques et des centres commerciaux étant fermés le dimanche en France, les détaillants ont peu de possibilités de rattraper leurs pertes en fréquentation et en ventes les jours suivant les manifestations survenues le samedi. »

D’un point de vue e-commerce, on ne constate pas une hausse des ventes en ligne durant cette période de manifestation. Les enseignes n’ont pas pu compenser les ventes perdues dans les boutiques physiques.

La situation actuelle et les prévisions futures

Les commerçants continuent d’être affectés par le mouvement de protestation anti-gouvernement des gilets jaunes dans les grandes villes françaises, avec des manifestations ayant généralement lieu le samedi et qui impactent donc la journée la plus animée de la semaine. Un allègement fiscal majeur a été annoncé par le gouvernement en avril, ce qui devrait alléger la pression sur les ménages pour la fin d’année 2019. Les commerçants espèrent un retour à des « activités normales » qui favoriseraient une augmentation du nombre de visiteurs et des ventes.

« Les commerçants attendent tout particulièrement le retour au calme et la fin des manifestations violentes avant le début des soldes d’été et bien sûr avant la saison touristique estivale, » déclare S. Moumou. « Entre-temps, dans les villes où la situation reste tendue, les commerçants français mettent tout en œuvre pour protéger leurs biens et garantir la sécurité de leurs employés ainsi que de leurs clients. »

Sources de données tierces : BanquedeFrance, Trading Economics, The Guardian

Lire plus d’articles de ShopperTrak